Une école du groupe IGS

Facebook ICD Paris Facebook ICD Toulouse Instragram ICD Groupe IGS
marketeurs e privacy

Que pensent les marketeurs français de la réglementation e-Privacy ?

marketeurs e privacy

La protection des données dans l’UE est couverte par le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) et le règlement « vie privée et communications électroniques ». La réglementation e-Privacy est notamment importante pour les entreprises et les consommateurs, dans la mesure où elle permettra d’aligner la norme de confidentialité en ligne avec le niveau couvert par le RGPD. La même autorité est responsable du RGPD en tant que responsable de la réglementation e-Privacy. Une nouvelle étude internationale de Mailjet, menée en France et au Royaume-Uni, révèle que 30% des 400 marketeurs interrogés envisagent de réduire le nombre de publicités display, de recherches payantes et de re-ciblages basés sur les cookies, dès l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation e-Privacy. Les détails…

La raréfaction des données inquiète 93% des marketeurs

Si 85% des répondants affirment connaître la différence entre l’e-Privacy et le Règlement Général sur la Protection des Données, 93% d’entre eux exploitent encore des solutions publicitaires utilisant les cookies pour le ciblage client. Mais la nouvelle réglementation e-Privacy jettera une pierre dans la mare et permettra ainsi aux internautes de définir les permissions concernant les cookies directement au niveau de leur navigateur. La grande majorité des entreprises, soit 93%, s’attendent à une baisse significative du nombre de données détenues sur des millions de consommateurs, ainsi qu’à une perte du trafic global pouvant atteindre les 30%, et pour cause. En l’absence d’un paramétrage des permissions par l’utilisateur au niveau de son navigateur, ce dernier devra faire face à des pop-ups qui limiteront l’accès à une partie, voire à l’ensemble, du contenu d’un site web, en attendant qu’il prenne une décision.

En France, 44% des marketeurs s’inquiètent notamment du risque de perdre de précieuses données utilisateurs qu’ils collectent grâce aux cookies (adresse, numéro de téléphone, informations de paiement…). Ils auront ainsi à trouver d’autres sources d’informations s’ils veulent continuer à adapter leur offre aux évolutions de consommation. L’étude révèle également que 60% des marketeurs français sondés achètent des listes de données. Or, ces dernières risquent de devenir limitées et, par ricochet, plus coûteuses suite à l’entrée en vigueur du RGPD. Néanmoins, ils sont 75% à envisager de continuer à utiliser autant, voire plus, ces listes de données payantes. Mais ces dernières finiront par perdre de leur intérêt pour les entreprises car le projet de loi actuel e-Privacy prévoit que les communications B2B nécessiteront obligatoirement le consentement de la personne.

Les marketeurs restent optimistes et confiants

Les spécialistes du marketing prévoient de changer leurs priorités concernant les canaux de communication. Ainsi, en France, 80% d’entre eux utiliseront davantage l’email marketing après l’entrée en application d’e-Privacy. Le marketing direct est actuellement utilisé par 56% des personnes interrogées, tandis que 36% de ces dernières utilisent encore la communication par SMS. Ces communications pourraient devenir des  sources de données suite à la raréfaction attendue des informations basées sur les cookies.

L’optimisme reste de mise parmi une majorité des marketeurs qui considèrent que l’e-Privacy amènera un changement positif pour leur entreprise sur le long terme. Au lieu de s’appuyer sur des techniques comme le re-ciblage des publicités, 58% des marketeurs français interrogés s’orienteront davantage vers des données qualitatives pour créer des campagnes plus populaires auprès de nouveaux consommateurs. Et 57% d’entre eux estiment que l’e-Privacy sera vecteur de transparence, ce qui devra améliorer l’image des marques auprès de leurs clients et augmenter la confiance qu’éprouvent ces derniers envers elles.

L’ICD, école de commerce et de marketing, propose un cursus post Bac à dimension internationale. Les programmes en commerce, marketing et business développement sont conçus pour répondre aux besoins réels du marché de l’emploi.

L’ICD, école internationale du commerce et du marketing propose un programme Grande Ecole en 5 ans, sanctionné par un Grade de Master. Tournée vers l’international, cette Business School offre la possibilité d’études à l’international et accueille des étudiants étrangers dans ses programmes internationaux, dispensés en anglais. ICD, la Business School qui offre 9 spécialisations sur des métiers qui recrutent aujourd’hui et recruteront demain.

Témoignages & Parcours de diplômés

  • ICD Dublin, la grande aventure des étudiants de 1ère année !

  • Pierre WILK, promotion 2010, Théâtre des Champs-Elysées, Marketing et Community management « Le secteur de la culture est en perpétuelle mutation. Il doit proposer de nouvelles offres au public en tenant compte désormais de contraintes économiques fortes, à l’instar de tous les autres secteurs de l’économie marchande. C’est pourquoi on voit les institutions culturelles mettre en œuvre des stratégies marketing adaptées.

  • Anne-Sophie DESMET, promotion 2009, ProDietic RDP, Responsable achats et approvisionnements, J’ai débuté dans le secteur des cosmétiques et produits pharmaceutiques pour le compte de grandes marques vendues en grande distribution puis j’ai poursuivi dans l’industrie agroalimentaire.

  • Alexis DONOT, promotion 1991, Groupe l’Argus de la presse, Directeur général « Le monde des affaires est complexe et le changement est devenu la norme. Il faut donc pouvoir répondre - voire devancer - les attentes et les nouveaux usages pour se développer tout en innovant ; c'est un enjeu stratégique pour toute organisation.

  • Michaël BERDUGO, promotion 2006, Salesforce Marketing Cloud, Strategic Account Executive « Après avoir été diplômé de l’ICD, j’ai occupé successivement, et au sein de différents secteurs (télécommunications, hôtellerie), des fonctions de Sales manager, International business developer et Key account manager.