Une école du groupe IGS

Facebook ICD Paris Facebook ICD Toulouse Instragram ICD Groupe IGS
entrepreneur

Les étapes pour se lancer dans l’entrepreneuriat

entrepreneur

Selon un baromètre OpinionWay, réalisé pour le Salon des Entrepreneurs début 2017, 60% des jeunes âgés de 18 à 29 ans sont tentés par la création d’entreprise. Plusieurs raisons sont évoquées, à commencer par le fait d’avoir plus de responsabilités, sans avoir de compte à rendre à une hiérarchie. L’idée de se lancer à son propre compte intervient souvent juste après les études, lorsqu’il y a une rupture de contrat mais aussi lorsque le tour du métier a été fait et que les possibilités d’évolutions se trouvent bloquées. Découvrons les différentes étapes à suivre pour réaliser ce projet d’envergure en toute sérénité.

Les prises de décision du futur entrepreneur

Les fondements de l’entrepreneuriat se trouvent dans l’élaboration d’un projet, une idée au départ quelque peu nébuleuse qui s’affine jusqu’à aboutir à une volonté de la concrétiser. Des étapes fastidieuses attendent alors le futur entrepreneur, qui doit faire face à diverses prises de décision. Il est ainsi vivement conseillé de se faire accompagner, notamment par des incubateurs, actuellement en plein boom, plus de 150, rien qu’à Paris ! En tout premier lieu, il va falloir étudier sa situation personnelle et familiale, ainsi que son plan de développement afin de fixer le statut de son entreprise, individuelle ou société : auto-entrepreneur, Société Anonyme (SA), Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL), Société A Responsabilité Limitée (SARL), Société en Nom Collectif (SNC), Société par Actions Simplifiées (SAS)… Le statut choisi peut avoir un impact sur le patrimoine privé ainsi que sur la situation fiscale du créateur. Il est ainsi primordial de prendre le temps d’étudier toutes les caractéristiques de chaque statut.

L’entrepreneur va ensuite choisir un nom, concis et clair, afin que la clientèle cerne rapidement ce dont il retourne. Il doit s’assurer que ce nom n’est pas déjà utilisé ou déposé, puis, le déposer lui-même auprès de l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle). Il doit par ailleurs élire un siège social, qui peut se trouver dans un local commercial, au domicile du représentant légal ou encore chez une société de domiciliation.

Les études à mener pour concrétiser et pérenniser son projet

Autre étape importante pour le futur entrepreneur, s’interroger objectivement sur ses capacités et motivations à devenir entrepreneur. Pour cela, il doit effectuer un travail sur lui-même pour évaluer s’il a, ou non, les compétences requises : leadership, résistance au stress, prise de décision, disponibilité, aptitudes en communication, créativité et réactivité, motivation, etc. Autant de critères qui permettent d’évaluer le potentiel entrepreneurial. Il doit ensuite réaliser une étude de marché, qui va lui permettre de confronter son projet aux attentes et envies de la clientèle, mais aussi de définir plus tard une stratégie commerciale, sur les prix ou encore la distribution. L’entrepreneur va devoir afficher une parfaite maîtrise de son domaine, de l’environnement, mais aussi de sa concurrence afin de connaître les tendances et les évolutions du secteur. Il est primordial de procéder à une analyse du marché, pour déterminer si le projet est trop, ou pas assez, innovant. Attention à ne pas partir sur un marché déjà trop saturé ! Le business plan revêt également une attention toute particulière. Il permet en effet de séduire et d’attirer de potentiels investisseurs. Le financement est le nerf de la guerre : fonds propres, prêts bancaires mais aussi crowdfunding ou business angels, il ne faut négliger aucune piste !

Une fois toutes ces étapes franchies, l’entrepreneur va pouvoir se lancer dans les démarches administratives pour ses formalités d’immatriculation : rédaction et enregistrement des statuts, publication dans un journal d’annonces légales, dépôt du dossier auprès du CFE, CCIP, Chambre de Métiers ainsi qu’auprès du greffe du Tribunal de Commerce. Il est nécessaire de commencer également à penser aux supports de communication, comme les cartes de visite, site internet, ou comptes sur les réseaux sociaux, qui seront la vitrine de l’entreprise. Une fois lancée, l’activité doit être développée, avec beaucoup de vigilance lors de la première année, période charnière pour sa pérennité.

L’ICD, international business school, propose des formations en adéquation avec les besoins du marché, et prépare ses étudiants à être la nouvelle génération de talents et d’entrepreneurs !

L’ICD, école internationale du commerce et du marketing propose un programme Grande Ecole en 5 ans, sanctionné par un Grade de Master. Tournée vers l’international, cette Business School offre la possibilité d’études à l’international et accueille des étudiants étrangers dans ses programmes internationaux, dispensés en anglais. ICD, la Business School qui offre 9 spécialisations sur des métiers qui recrutent aujourd’hui et recruteront demain.

Témoignages & Parcours de diplômés

  • Pierre WILK, promotion 2010, Théâtre des Champs-Elysées, Marketing et Community management « Le secteur de la culture est en perpétuelle mutation. Il doit proposer de nouvelles offres au public en tenant compte désormais de contraintes économiques fortes, à l’instar de tous les autres secteurs de l’économie marchande. C’est pourquoi on voit les institutions culturelles mettre en œuvre des stratégies marketing adaptées.

  • Anne-Sophie DESMET, promotion 2009, ProDietic RDP, Responsable achats et approvisionnements, J’ai débuté dans le secteur des cosmétiques et produits pharmaceutiques pour le compte de grandes marques vendues en grande distribution puis j’ai poursuivi dans l’industrie agroalimentaire.

  • Alexis DONOT, promotion 1991, Groupe l’Argus de la presse, Directeur général « Le monde des affaires est complexe et le changement est devenu la norme. Il faut donc pouvoir répondre - voire devancer - les attentes et les nouveaux usages pour se développer tout en innovant ; c'est un enjeu stratégique pour toute organisation.

  • Michaël BERDUGO, promotion 2006, Salesforce Marketing Cloud, Strategic Account Executive « Après avoir été diplômé de l’ICD, j’ai occupé successivement, et au sein de différents secteurs (télécommunications, hôtellerie), des fonctions de Sales manager, International business developer et Key account manager.

  • Sepideh JOUDEKI, promotion 2014, Ixina France, WebMarketer Enseigne « J'ai la chance d'exercer un métier qui me passionne vraiment et qui correspond tout à fait à ce que je souhaitais. Aujourd'hui, en tant que « WebMarketer enseigne » je décline le plan de communication sur le web ce qui implique la mise en place et le déploiement de la stratégie webmarketing et digitale.