Une école du groupe IGS

Facebook ICD Paris Facebook ICD Toulouse Instragram ICD Groupe IGS
Marque bien etre

Les marques doivent avoir un impact positif dans la société

Marque bien etre

Les marques ne doivent plus se contenter de minimiser leur impact négatif, mais sont appelées à agir de façon proactive dans le but d’engendrer un impact positif au sein de la société. Quel que soit le pays ou le secteur d’activité, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à adopter une approche de développement durable qui dépasse les simples enjeux du chiffre d’affaires et des bénéfices. La démarche marque positive permet d’engager l’entreprise vers un impact sociétal en accord avec ses valeurs et objectifs. Les consommateurs, pour leur part, sont sensibles à ces efforts.

Augmenter l’engagement grâce à l’impact positif

Le développement durable est devenu un crédo qui permet aux entreprises de s’aligner sur les aspirations contemporaines de leurs clients, en se transformant en marques positives. Pour ce faire, elles doivent porter des valeurs de changement et d’innovation, en mettant les engagements responsables au centre de leur stratégie globale, mais aussi dans leur campagne de communication, de marketing, etc.

Début 2018 a été marqué en France par le débat public autour d’une raison d’être sociétale des entreprises, au-delà du simple profit. Aux États-Unis, BlackRock, premier fonds d’investissement au monde, a annoncé qu’il n’investirait plus que dans les entreprises qui, en plus de limiter les risques liés à leurs activités, contribuent positivement dans la société. Cette petite révolution marque le début d’une nouvelle ère, car aujourd’hui, les entreprises ont conscience qu’elles ne peuvent pas pérenniser leurs activités en étant hermétiques à ce qui se passe dans leur entourage, mais aussi dans le monde. Ce « business for good » se reflète jusque dans les rayons des magasins.

C’est l’objectif que se tracent certaines marques, qui tiennent à œuvrer pour l’intérêt général, tout en n’ayant aucun complexe à être des organisations à but lucratif. Pour ce faire, ces marques développent une partie de leur offre en puisant dans les valeurs et principes de développement durable, d’innovation, de bien-être, etc. Ce type d’actions parvient d’ailleurs à augmenter l’engagement des clients, mais pas que. Les ventes aussi repartent à la hausse car les consommateurs se sentent concernés et impliqués.

Des exemples d’actions de positive brand

L’enseigne coopérative REI illustre très bien ce nouvel état d’esprit. Au lieu d’ouvrir les stores de ses 140 magasins américains le jour du Black Friday, elle a préféré offrir un jour « off » à ses 12 000 salariés. REI a également invité ses clients à profiter de cette journée pour se promener dans la nature en compagnie de leur famille « plutôt que de s’entasser dans les magasins ». Résultat ? 30% de sociétaires en plus et des ventes en hausse de 20 % par rapport à l’année précédente. Un record !

Quant à Shell, elle s’est engagée avec les Nations Unies dans le projet mPowering Action. L’idée de base consiste à inciter et encourager les citoyens du monde à prendre des mesures d’action positive qui leur permettront de se prendre en charge et d’améliorer les conditions de vie de leurs communautés. Certaines des questions sur lesquelles mPowering Action se penche incluent la santé, l’éducation, la gestion de l’énergie et des ressources et le développement de la main-d’œuvre.

En France, Intermarché a diffusé un spot publicitaire, en mai 2017, qui se voulait une ode au « bien manger ». La publicité s’achève sur le message : « Nous sommes producteurs et commerçants pour vous aider à manger un peu mieux tous les jours ». Ce spot a totalisé 8,5 millions de vues sur Facebook et 2 millions de vues sur Twitter en à peine 48 heures. Bref, les exemples ne manquent pas, et les différentes études qui se sont intéressées à ce sujet arrivent à la même conclusion : la positivité et l’engagement perçus par les consommateurs constituent pour les entreprises la voie royale vers le succès, et ce sur tous les plans.

L’ouverture sociale et la dimension humaine de l’ICD International Business School en font un choix de prédilection pour les jeunes qui souhaitent bénéficier de programmes attentifs aux nouvelles pratiques en matière de stratégies marketing et business development.

L’ICD, école internationale du commerce et du marketing propose un programme Grande Ecole en 5 ans, sanctionné par un Grade de Master. Tournée vers l’international, cette Business School offre la possibilité d’études à l’international et accueille des étudiants étrangers dans ses programmes internationaux, dispensés en anglais. ICD, la Business School qui offre 9 spécialisations sur des métiers qui recrutent aujourd’hui et recruteront demain.

Témoignages & Parcours de diplômés

  • Pierre WILK, promotion 2010, Théâtre des Champs-Elysées, Marketing et Community management « Le secteur de la culture est en perpétuelle mutation. Il doit proposer de nouvelles offres au public en tenant compte désormais de contraintes économiques fortes, à l’instar de tous les autres secteurs de l’économie marchande. C’est pourquoi on voit les institutions culturelles mettre en œuvre des stratégies marketing adaptées.

  • Anne-Sophie DESMET, promotion 2009, ProDietic RDP, Responsable achats et approvisionnements, J’ai débuté dans le secteur des cosmétiques et produits pharmaceutiques pour le compte de grandes marques vendues en grande distribution puis j’ai poursuivi dans l’industrie agroalimentaire.

  • Alexis DONOT, promotion 1991, Groupe l’Argus de la presse, Directeur général « Le monde des affaires est complexe et le changement est devenu la norme. Il faut donc pouvoir répondre - voire devancer - les attentes et les nouveaux usages pour se développer tout en innovant ; c'est un enjeu stratégique pour toute organisation.

  • Michaël BERDUGO, promotion 2006, Salesforce Marketing Cloud, Strategic Account Executive « Après avoir été diplômé de l’ICD, j’ai occupé successivement, et au sein de différents secteurs (télécommunications, hôtellerie), des fonctions de Sales manager, International business developer et Key account manager.

  • Sepideh JOUDEKI, promotion 2014, Ixina France, WebMarketer Enseigne « J'ai la chance d'exercer un métier qui me passionne vraiment et qui correspond tout à fait à ce que je souhaitais. Aujourd'hui, en tant que « WebMarketer enseigne » je décline le plan de communication sur le web ce qui implique la mise en place et le déploiement de la stratégie webmarketing et digitale.