Adjugé vendu ! La vente d’une NFT aux enchères

Pour cette troisième Master Class, nos étudiants en 3ème et 4ème année du Programme Grande École de l'ICD Business School Paris ont eu l’opportunité de rencontrer Lucie-Eléonore Riveron, cofondatrice et CEO de la maison de ventes aux enchères FauveParis. Elle expérimentera en mars 2022 la première vente aux enchères de NFT purs, sans support physique.

Masterclass

FauveParis est un lieu de vie hybride avec une salle d’exposition et de vente, ancrée depuis 7 ans dans le haut Marais à Paris. Lucie-Eléonore Riveron  y organise une vente aux enchères publique tous les samedis matins, avec des objets les plus précieux dans plus de 20 spécialités. Lorsque des recherches complémentaires s’avèrent nécessaires, elle fait appel à des experts les plus reconnus dans leur domaine.

Une envie de casser les codes

« L’idée était de créer des ventes aux enchères de manière différente en mettant en place une expérience d’achat, avec l’envie de casser les codes dans l’univers des ventes aux enchères. ».

Le chiffre clé à retenir pour l’année 2021 : 1 vente chaque samedi, soit près de 80 à 100 œuvres  par semaine !

Les échanges avec nos étudiants en 3ème et 4ème année du Programme Grande École l’ont amenée à nous expliquer tous les aspects techniques qui gravitent autour des ventes aux enchères, de leurs mises en place à la vente.

Un tel dispositif nécessite en premier lieu des besoins humains : régisseur, commerciaux qui vont à la recherche des œuvres et qui les expertisent, photographe… tout autant que des besoins matériels, comme le stockage et bien entendu la salle d’exposition.

La communication de FauveParis est enfin essentielle, avec ici également une présence incontournable sur les réseaux sociaux, sur les plateformes de référencement où chacun peut indiquer des mots clés pour être alerté des œuvres de certains artistes et, pour finir, une newsletter adressée à pas moins de 35 000 abonnés.

NFT Not The French Time : la révolution de l’art numérique est en marche

Lucie-Eléonore Riveron est revenue sur le meetup du 24 novembre 2021 “NFT Not The French Time “, organisé chez FauveParis, qui a rassemblé les actrices et acteurs majeurs de la scène NFT française, autour de ces questions :

Le marché de l’art français va-t-il manquer la révolution des NFT ?
A-t-on encore besoin d’intermédiaires traditionnels pour vendre des NFT ?

Qui a peur de la blockchain ?

Alors que les ventes aux enchères de NFT (Non Fungible Token) battent des records sur les plateformes de New-York, Londres, Hong Kong et Taïwan, Paris est à la traîne, faute d’avoir fait évoluer son cadre réglementaire des ventes aux enchères volontaires de NFT.

Vente aux enchères de NFT, une première en France

« A partir du 1er janvier 2022, FauveParis acceptera les paiements en crypto monnaies, y compris pour les ventes d’œuvres traditionnelles, et les NFT pourront être achetés. Il s’agit de deux problématiques différentes. »

« Si l’on se réfère au Code de Commerce (article L.320-1 alinéa 1) », nous précise Lucie-Eléonore Riveron, « les maisons de vente aux enchères ne peuvent vendre que des biens dits corporels. Le Conseil des Ventes Volontaires, l’équivalent de l’AMF (Autorité des Marchés Financiers) devrait rendre un rapport courant 2022. En clair, cela prendra des années avant que nous puissions rivaliser avec nos homologues anglo-saxons, en l’absence de régulation spécifique. Il existe donc des NFT pour lesquels subsiste un vide juridique… ».

Consciente du retard pris par la France, la maison FauveParis organisera en mars 2022 la première vente aux enchères physique de « biens incorporels » ou « NFT ».

Retrouvez une interview exclusive ci-dessous :

 

Retour sur la précédente Masterclass portée sur le récit dans la réalité virtuelle !

PARTAGER